Mois : mai 2019

« El cant dels ocells », hymne à la fraternité universelle

El cant dels ocells, une émouvante interprétation à capella ; une extraordinaire voix envoûtante… Marina Rossell réveille, dans notre for intérieur, des émotions ensevelies, assoupies, occultées. Ecoutez !

Son thème ? « Tous les oiseaux de la création célèbrent la naissance du Christ… » La beauté et la puissance d’incantation, cette oeuvre admirable est universelle et intemporelle. Toute sa vie, en conclusion de ses concerts, le violoncelliste Pau Casals l’a interprétée sur toutes les plus grandes scènes du Monde, faisant de cette mélodie de la terre natale un hymne à la fraternité universelle.

 

el-cant-dels-ocells

Catalan Français

El cant dels ocells

Cançó de nadal

Al veure despuntar
el major lluminar
en la nit més ditxosa,
els ocellets cantant,
a festejar-lo van
amb sa veu melindrosa.

L’àguila imperial
se’n vola cel adalt,
cantant amb melodia,
dient: Jesús és nat,
per treure’ns de pecat
i dar-nos alegria.

Repon-li lo pardal:
Avui, nit de Nadal,
és nit de gran contento!
El verdum i el lluer
diuen cantant, també :
« Oh, quina alegria sento!

Cantava el passerell :
Oh, que hermós i que bell
és l’infant de Maria!
I li respon el tord :
Vençuda n’és la mort,
ja naix la vida mia !

Refila el rossinyol :
És més bonic que el sol
més brillant que una estrella!
La cotxa i el bitxac
festegen al manyac
i a sa Mare donzella.

Cantava el reietó
per glòria del Senyor,
inflant amb biçarria;
el canari segueix:
llur música pareix
del Cel gran melodia.

Ja n’entra el cotoliu
dient: Ocells veniu
a festejar l’aurora!
I lo merlot, xiulant,
anava festejant
a la més gran Senyora.

L’estiverola diu:
No és hivern ni estiu
sinó que és primavera;
puix que és nada una flor
que pertot dóna olor
I omple la terra entera.

Cantava el francolí:
Ocells qui vol venir
avui a trenc de dia
a veure el gran Senyor
amb sa gran resplendor
a dins d’una establia?

Ve cantant el puput:
Eixa nit ha vingut
el Rei de més grandesa!
La tórtora i el colom
admiren a tothom
cantant sense tristesa.

Picots i borroners
volen entre els fruiters
cantant llurs alegries;
la guatlla i el cucut
de molt lluny han vingut
per contemplar el Messies.

Cantava la perdiu
Me’n vaig a fer lo niu
dins d’aquella establia,
per a veure l’Infant
com està tremolant
en braços de Maria.

La garsa, griva o gaig
diuen: Ara ve el maig!
Respon la cadernera:
Tot arbre reverdeix,
tota branca floreix
com si fos primavera.

Xiuxiueja el pinsà:
Glòria avui i demà;
sento gran alegria
de veure el diamant
tan hermós i brillant
als braços de Maria.

El xot i el mussol
al veure eixir el sol
confosos se retiren.
El gamarús i el duc
diuen: Mirar no puc;
tals resplendors m’admiren!

Le chant des oiseaux

Chant de Noël

En voyant se lever
La plus grande lumière
Dans la plus douce des nuits
Les oiseaux chantent
Ils vont le fêter
avec leur voix délicate.

L’aigle impérial
S’envole haut dans le ciel
Chante mélodieusement
En disant « Jésus est né
Pour nous libérer du péché
et nous donner la joie ».

Le moineau lui répond:
« Aujourd’hui, nuit de Noël,
est une nuit de grand bonheur ».
Le verdier et le tarin
disent en chantant aussi :
« Quelle joie je sens ».

La linotte chante :
«O h, qu’est-ce qu’il est joli
l’enfant de Marie ! »
Et la grive lui répond :
« La mort est vaincue,
Maintenant commence ma vie ».

Le rossignol poursuit :
« Il est plus joli que le soleil
plus brillant qu’une étoile ! »
Le rougequeue et le tarier
fêtent l’enfant
et sa Mère vierge.

Le roitelet chante
Pour la gloire du Seigneur,
Gonflant avec fantaisie.
Le canari continue :
« Leur musique semble
Une grande mélodie céleste ».

Maintenant entre l’alouette
En disant : « oiseaux, venez
fêter l’aurore ! »
Et le merle, en sifflant
allait fêter
la plus grande dame

La mésange dit :
«Ce n’est ni l’hiver, ni l’été
mais c’est le printemps :
puisqu’une fleur est née
qui embaume partout
et emplit la terre entière».

Le francolin noir chantait:
« Oiseaux, qui veut venir
aujourd’hui au lever du jour
pour voir le grand Seigneur
et sa grande splendeur
dans une étable?»

La huppe vient en chantant :
« Cette nuit est venu
le Roi le plus grand
La tourterelle et la colombe
éblouissent tout le monde
en chantant sans tristesse. »

Les pics verts et les bouvreuils
volent dans les vergers
en chantant leur joie
la caille et le coucou
sont venus de très loin
pour contempler le Messie.

La perdrix chantait :
« Je m’en vais faire le nid
dans cette étable
pour voir l’Enfant
comme il tremble
dans les bras de Marie.»

La pie, la grive et le geai
disent : Maintenant arrive Mai !
Le chardonneret répond :
« Tous les arbres reverdissent
toutes les branches fleurissent
comme si nous étions au printemps ».

Le pinson sifflote :
« Gloire aujourd’hui et demain
Je sens une grande joie
de voir le diamant
si joli et brillant
dans les bras de Marie ».

Le hibou et la chouette
en voyant se lever le soleil
confus se retirent
la hulotte et le grand-duc
disent « je ne peux pas regarder;
de telles splendeurs m’éblouissent ».

Publicités

BIENVENUE A LA FERME EN PAYS CATALAN ( fet a País català)

Ça vous direz une petite escapade bucolique en Pays Catalan ? Ces Samedi 1er et Dimanche 2 juin, les paysans du réseau « Bienvenue à la Ferme 66″ ouvrent les portes de leurs fermes au public ! Etes-vous curieux de savoir-faire ? de savoir-être ? Évadez-vous ! Allez donc à la rencontre de ces paysans du Pays Catalan et découvrez en famille, entres amis, leurs métiers, partagez et savourez leurs produits…

Photo La Gazette Catalane.com Tous droits réservés

Fruits, légumes, viandes, poissons, alcools, vins, jus, et autres produits non alimentaires (laine, plantes, …). Au Pays Catalan qui regorge de talents, ces paysans, tentent de sauvegarder une certaine authenticité, veillent à ne pas dévoyer nos valeurs humanistes ancestrales… Cessons de consommer des produits qui font le tour de la Planète, bien traités de « bienveillants » pesticides et autres merveilleux produits chimiques : Osez enfin consommer  » fet a País català « ! pour éviter l’anglicisme (Made in Pays Catalan) Des produits locaux sains, frais et de saison.

Photo La Gazette Catalane.com Tous droits réservés

Dégustations, animations et possibilité de restauration sur certaines exploitations agricoles. Toutes les infos ci-dessous et sur Rendez-vous sur :

LES FERMES PARTICIPANTES PAYS CATALAN

BIENVENUE A LA FERME PAYS CATALAN

19 avenue de Grande Bretagne 66025 Perpignan Cedex Tél : 04 68 35 74 22

Ma recette, la crème catalane traditionnelle

Texte et illustrations photos Jean-Luc Modat Tous droits réservés 2019

ma recette de la crème catalane traditionnelle (Photo La Gazette Catalane.com)

Découvrez, ici, ma recette de la crème catalane traditionnelle avec quelques touches particulières que je tiens de ma grand-mère Mamie Rose (cuisinière hors pair). Aux accords parfaits de parfums délicats de cannelle et d’arômes discrets de citron vert s’expriment aussi les délicatesses de la badiane et de la vanille…. Si facile que même un(e) débutant’e) la réussira. Voulez-vous partager cette délicieuse recette ?

Crème catalane ou crème brûlée ?

Aqui, totes rapaxades s’acaben amb una crema catalana ! Fa temps, qui mateix, dans les Aspres au cœur du Pays Catalan, cette crème n’était pas caramélisée. Au lait de vache, était préféré celui de chèvre ou bien de brebis… car les troupeaux étaient nombreux dans les Aspres. Aujourd’hui, LA recette de la crème catalane est trop souvent dénaturée sur le Web par de nombreuses versions fantaisistes présentées comme la VRAIE recette… Deù n’hi do ! La crème Catalane n’est pas une crème brûlée ! Sa cuisson s’effectue dans une casserole sur le feu et non pas au bain-marie au four. Affirmer que ma recette est la vraie serait plutôt trop prétentieux de ma part. Chaque famille, chaque « région » du Pays Catalan en possède ses propres versions. Une bonne crème catalane réussie, tient à l’équilibre des bons dosages de chacun des ingrédients : Cannelle, œufs, citron, farine de maïs, vanille, anis étoilé ( badiane) Par soucis de santé, j’avoue que je réduis volontairement la quantité de sucre à sa plus simple expression. Toutes rapaxades se terminent par une crèma catalana !

Ingrédients (si possible bio et locaux)

Pour 6 personnes

  • 1 l de lait entier             
  • 6 jaunes d’œuf fermiers           
  • 100 g sucre roux non raffiné bio                   
  • 60 g maïzena                 
  • 1 bâton de cannelle
  • 1 gousse de vanille de Madagascar
  • Anis étoilé ( badiane )       
  • Zestes de citron vert non traité

Temps total : 25 mn Préparation : 10 mn Cuisson : 15 mn

Rincer votre casserole sous l’eau froide (ainsi le lait n’accrochera pas dans le fond de la casserole)

Porter à ébullition 3/4 l de lait avec : Sucre, zeste de citron, bâton de cannelle, gousse de vanille évidée, badiane (subsiste en bouche ce goût suave anisé ). 

Laisser infuser 15 minutes à couvert pour préserver tous les arômes avant de passer l’ensemble au chinois.

Dans un saladier, Battre au fouet le 1/4 de l de lait froid réservé avec jaunes d’œuf et  maïzena

Verser le lait bouillant infusé précédemment sur cette préparation puis mélanger énergiquement au fouet.

Verser cette crème obtenue dans votre casserole faire monter à température, remuer sans cesse.

Dés le frémissement de l’ébullition compter 2 mn la crème va s’épaissir cependant elle ne doit pas bouillir sinon le fonds va brûler. Touiller régulièrement à la cuillère en bois.

Verser cette crème aussitôt dans des ramequins en terre cuite et laisser refroidir puis conserver au frigo.

Sortir du frigo avant de servir, saupoudrer d’une fine couche de sucre roux et caraméliser au chalumeau, au fer ou à défaut au four position grill.

Ô La la ! La créma catalana i Bon profit !

LES CERISES A LA FÊTE A CERET !

Texte – vidéo – photo : Jean-Luc Modat (La Gazette Catalane.com)

Ah ! Qu’il fait (encore) bon vivre en Pays Catalan ! Eh ! Ça vous direz une petite escapade à Céret pour flâner en cœur de ville ces Samedi 25 et Dimanche 26 mai dés 10h ? Céret fête la cerise pour la 26 ème édition ! Tout un programme super festif (avec toute l’excellence du savoir-faire cérétan !) qui met à l’honneur ce petit fruit rouge si délicat qui régale à tous âges… Avec grand marché des producteurs de cerises de Céret associé à un magnifique marché artisanal, le tout animé par de pétulantes bandas de boulevard et de nombreuses animations pour les petits et les grands !

L’image contient peut-être : nourriture et texte

Petit train pour faciliter l’arrivée au centre ville (au départ du Pont du Diable)

L’image contient peut-être : plein air
Aucune description de photo disponible.

Rendez-vous dès 10h et jusque tard dans la nuit. Renseignements au 04 68 87 00 53

Le temps des cerises bio… à Céret.

Céret – L’exploitation agricole « Entre les arbres » propose aux amateurs de cerises bio de venir les cueillir eux-mêmes, sans échelle et en libre-service, dans la cerisaie.
Chacun cueille méticuleusement sur l’arbre les beaux fruits mûrs à point… Le cueilleur doit choisir : Les déposer dans le panier ou les déguster…. Vous avez dit circuit court ?

Entre Les Arbres ?

Entre Les Arbres, c’est le nom d’une petite exploitation agricole située à Céret où sont cultivés fruits et légumes Bio en Biodynamie.
Entre Les Arbre est né en 2015 de l’opportunité d’une reprise agricole, en location à Céret, d’un verger de cerisiers et abricotiers conduit en Biodynamie depuis plusieurs années par les anciens propriétaires exploitants.

Quand cueillir les cerises ?

Mercredi de 16h à 19h – Dimanche de 16h à 19h

Cerises pour confiture : 2.50 € / kg
Cerises pour consommation : 3,5 € / kg

Pour ceux qui ne connaissent pas, la cerisaie se situe à côté de la pépinière du mas Gource. Une fois que vous passez devant, il faut tourner trois fois à gauche dès que possible.

Où trouver Entre deux arbres ?

Vous pouvez faire suivre , un petit SMS pour prévenir sera bienvenu. 
Munissez-vous de vos paniers

L’extraordinaire légende de la Dona d’aigua

Je vais, ici, vous conter l’extraordinaire histoire de la dona d’aigua ! S’il existe d’innombrables légendes, celle-ci m’a été révélée par le vieux Manel, ancien et émérite joueur de flabiol à la célèbre Mitja Cobla Germanor du veïnat de Politg au cœur des Aspres…

C’était une belle soirée claire et chaude de Juillet. Dans le ciel scintillaient des myriades d’étoiles, Manel Marti et moi prenions la fresca sur son pas de porte au carrer de la foun à Thuir…
Depuis mon plus jeune âge, Manel m’initiait à l’observation des constellations. Nous partagions de longues soirées d’Été à scruter la voûte céleste, fréquemment traversée par d’éclatantes traînées lumineuses d’étoiles filantes… Ça nourrissait mes rêves infantiles de présent et d’avenir… Quoique d’apparences humbles, c’était un homme érudit, un sage animé du bon sens paysan. Le regard franc, le verbe rocailleux catalan, au milieu d’un visage buriné par le temps se pavanaient de grosses moustaches circonflexes qui dissimulaient un petit sourire malicieux…
Allez donc savoir ! Pourquoi notre conversation a-t-elle abouti à cette mystérieuse histoire ? 
-« Ecoute, Nin » m’invite Manel (il hésite) puis poursuit…
« A quelques kilomètres du village de Sainte Colombe de la Commanderie, direction sud-ouest, sur le chemin du Correch d’en Modat, ce petit torrent aride des Aspres qui conflue avec la Canterrane à Mirmanda en amont de Terrats« 
Le vieux Manel marque un temps d’arrêt ( bien conscient de divulguer là, un secret) « Je te demande de n’en parler à personne ! « 

Jacquiesce d’un hochement de tête. Confiant, il continue son récit. « Il y a encore quelques lustres, l’eau y avait formé un profond gouffre cristallin environné d’une végétation luxuriante. Il n’était pas recommandé d’y rôdailler l’Angelus du soir sonné. Seuls ne s’aventuraient que quelques chercheurs étourdis d’escargots ou qu’une poignée d’intrépides cueilleurs d’asperges sauvages ! »
Bouché bée, je buvais chacune de ses paroles, impatient de connaître la suite de cette fantastique histoire.
« En ces lieux sauvages, vivaient des fées encantadas, des nymphes d’une extraordinaire beauté,
Condamnées à vivre sous l’eau pendant le jour.  Aux premiers jours du Carême, par nuits de clair de lune,  ces bugaderes (lavandières) lavaient à grands coups de battoirs leurs tuniques blanches transparentes, les étalaient sur l’herbe, chantaient doucement et dansaient subtilement. « 

le lac Lanoux photo 6 La Gazette Catalane.jpg

« A cette époque, les bergers surveillaient leurs troupeaux nuit et jour. Une nuit, un jeune pastoureau, s’assoupit sur les berges à la fraîcheur que prodiguait la proximité de ce gouffre…  Soudain, il fut réveillé par des belles voix douces… Presto, il se cacha, tapi dans un fourré de genêts. De là, intrigué, il découvrit de graciles naïades brunes aux beaux cheveux longs, jambes et pieds nus, dansaient aux sons d’une musique étrange et enchanteresse. Parmi toutes, l’une d’entres elles attira le jeune chevrier. Celle-ci le débusqua dans sa cachette, mais sans le trahir, elle continua sa danse encore plus exultante jusqu’au premier coup de l’Angelus du matin. dés lors, le chaste berger ne pensa qu’à cette sublime créature qu’il rencontra à nouveau la nuit d’après au même endroit. Le pâtre lui déclara sa flamme et la demanda en mariage. Cette belle créature lui fit jurer que jamais, en aucune circonstance, il ne n’évoquerait ses origines de dona d’aigua. »

Même s’il s’attachait à dissimuler son émotion Manel resta là un instant hagard et silencieux.  » Leur vie exhalait le bonheur… Hélas, un jour, les deux époux se disputèrent sur le choix de culture pour un terrain… Le ton monta, la colère du mari aussi affirmant à son épouse qu’elle était ignare des choses de l’agriculture parce qu’elle n’était qu’une pauvre dona d’aigua!
Mal lui en prit ! A ces mots, son épouse décampa presto vers Sainte Colombe de la Commanderie, sur le chemin du Correch d’en Modat, jusqu’au gouffre de la Mirmanda…
 »

« Je ne l’ai plus jamais revue! » Soupira le vieux Manel…puis poursuivit la voix quelque peu étranglée. « Le lendemain et les jours suivants, j’ai pleuré de tout mon corps au bord du gouffre. De mes larmes tombées au sol a jailli un rosier sans épines aux belles fleurs rouges de l’Amour éternel. Chaque nuit de la Saint Jean je me rends en ces lieux pour offrir et jeter une poignée de pétales de rose à ma bien-aimée. «  Les yeux rougis d’émotion le vieux Manel me chargea cette nuit-là de relater son extraordinaire histoire seulement quand il aurait rejoint sa bien aimée dans l’éternité…

Texte & illustrations Jean-Luc Modat © Mars 2019 tous droits réservés.

Thierry Moingeon, passeur d’émotions…

Ce samedi 11 et dimanche 12 mai Thierry MOINGEON vous propose de le rencontrer dans le cadre la 16ème édition de Balade en Terre d’Artistes organisée sur le Pays Catalan à laquelle participent 150 artistes : Peintres, sculpteurs, céramistes, photographes, potiers, mosaïstes… Ils accueillent le public, ouvrent les portes de leur atelier pour partager avec vous leurs passions. Rencontre d’un artiste attachant Thierry MOINGEON.

Texte et Photos Jean-Luc Modat © Tous droits réservés 2019

Un personnage singulier…

Nous sommes nombreux à n’oser nous aventurer sur des chemins non assurés. Certains audacieux, comme Thierry Moingeon, ont pris leur destin en main pour faire de leur vie une passion… 

Thierry MOINGEON La Gazette Catalane © Tous droits réservés 2019

Voilà plus plus de deux décennies il s’est posé à Thuir pour créer son atelier. Fils d’exploitant forestier lorrain, le divorce de ses parents le mène à Paris où il poursuit sa scolarité au Lycée Claude Monnet dans le 13ème. A Paris 8 il obtient Licence et Maîtrise de Ciné pour se destiner au métier de réalisateur. De-ci, de-là, il enchaîne les petits boulots d’intermittents sur de grands tournages. C’était sans compter sur les facéties du destin.

Un burin, un marteau, je tape la pierre, ça m’aspire complètement.»

Par le plus pur des hasards, Thierry Moingeon découvre la pierre. Cet été-là de 1991, dans l’Ardèche, les marches d’escalier de la propriété familiale nécessitent une sérieuse restauration. «Hop ! Un burin, un marteau, je tape la pierre, ça m’aspire complètement.» Souffle-t-il avec passion. L’appel est trop fort, il claque la porte à une belle carrière cinématographique qui lui est promise pour emprunter les chemins de traverse existentiels qui le mèneront jusqu’à l’intemporel : La sculpture. «A Paris, je m’engage sur des chantiers de restauration. Là, je suis chargé de reproduire des rosaces de chapiteaux.»

Thierry MOINGEON La Gazette Catalane © Tous droits réservés 2019

Il fuit Paris pour la Touraine pour mieux suivre sa destinée et poursuivre jusqu’en Pays Catalan. Thierry Moingeon est un artiste autodidacte, d’instinct, inspiré par ses rencontres, ses émotions, ses humeurs, ses voyages, la vie… Le marbre est son matériau de prédilection qui lui permet d’exprimer l’intemporel des émotions…Il affectionne la magie de la sensualité masculin féminin de la pierre en particulier le marbre de Thuir aux qualités extraordinaires par ses aspects persillés délicatement veinés. Cette pierre possède des qualités de grains proches du granit.

Thierry MOINGEON La Gazette Catalane © Tous droits réservés Mai 2019

De la poussière sur les épaules, le visage, mais aussi de la poussière d’étoiles dans la tête, Thierry Moingeon, solide comme un roc, ôte ses lunettes sur un regard bleu poli d’humanité. Là, il devient volubile dés qu’il évoque son métier-passion «Le marbre est la pierre de prédilection pour la sculpture. Au fil du temps, je me suis imprégné des techniques de Rodin. Malgré tout, j’évite tous les enfermements. J’alterne à ma guise figuratif et abstrait. Dans un Monde prompt à tout formater, étiqueter, je me défend d’être classé.» Déclare Thierry.

Accueil atelier samedi 11 et dimanche 12 mai de 15h à 17h

Atelier : Mas des Cyprès Route de Corbère 66300 Thuir

Tel 06 76 78 88 13 Email:  t.moingeon@laposte.net

Les hirondelles se font attendre !

Combien sommes-nous a avoir daigné lever les yeux de notre smartphone ou le nez pour échapper à notre quotidien routinier ? Qui s’aventure à scruter le ciel ? A guetter leur arrivée ? Bon, allons-y ! C’était le Samedi veille de Pâques, vers 16h environ, des « Tchirp ! Tshirrip ! » m’ont subitement invité à lever la tête… J’avais l’heureuse sensation que les trissements de ces premières hirondelles me saluaient, clamaient leur bonheur d’être enfin arrivées à destination en Pays Catalan !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

« Et vas-y que ça virevolte par ci, que ça s’élève par là , que ça enchaîne des acrobaties en piqué dans l’azur... » Leurs présences et leurs chants me rassuraient pour m’évader jusqu’aux souvenirs sécurisants de ma plus tendre enfance… Là, je me suis surpris à songer : « Ce Monde n’est pas tout à fait fichu puisqu’il y a encore quelques hirondelles« 

Migration impactée par le réchauffement climatique

Cependant, frappés par d’innombrables pollutions conséquences de nos modes de vie destructeurs, il y aura-t-il encore des hirondelles dans le ciel du Pays Catalan ? C’est indéniable, leur migration annuelle a été impactée par le réchauffement climatique. Aussi, la chute inquiétante de 30 % la population d’hirondelles au cours cette dernière décennie n’a-t-elle pas déjà impactée nos Étés par la proliférations des moustiques « immunisés » aux pesticides ? Nos enfants, nos petits enfants et les générations futures auront-ils le bonheur d’observer encore dans 10 ans ces petits oiseaux annonciateurs du beau temps dans le ciel du Pays Catalan ?

Eus, le village dels « lluerts » (des lézards verts)

En tête à tête avec le Canigou, loin des turpitudes de la vie dite « Moderne » ; perché sur un dôme granitique, dominé par son église Saint-Vincent du XVIII ème siècle, Eus se targue d’être le village le plus ensoleillé de France.

P6050166 (2).jpg

Un peu d’histoire…

On appelle ses habitants « els lluerts » ( nom catalan du lézard vert ) Cependant les origines du nom du village Eus proviendraient du latin ilicis désigne le chêne vert décliné en français par le mot yeuse alors qu’en catalan es diu, alzina. Jadis, Eus était donc environné de chênes verts.

Le village d’Eus

En tête à tête avec le Canigou, loin des turpitudes de la vie dite « Moderne » ; perché sur un dôme granitique, dominé par son église Saint-Vincent du XVIII ème siècle, Eus se targue d’être le village le plus ensoleillé de France. Le visiteur peut arpenter jusqu’à l’église, ses venelles tortueuses, ses ruelles escarpées, pavées de galets roulés, bordées de maisonnettes pimpantes… Le visiteur découvrira aux détours, des ateliers d’artisans, des galeries d’artistes et des échoppes originales. Après l’effort, le réconfort ! La terrasse ombragée du Bistrot de pays attirera autant que celle panoramique du café El Lluert ,

P6050142 (2).jpgLe Bistrot de Pays en terrasse ombragée propose des salades, des produits de terroirs bien que la quiche ne soit pas véritablement un plat catalan !

P6050163 (2).jpgA la terrasse panoramique du resto la Maison du Temps Libre, vous pourrez déguster des tapas composées à base de produits du Pays Catalan.

Le mystère de la sacristie

Roger Blandignères (Auteur) Paru en novembre 2010 Roman (broché)

mystere-de-la-sacristie (2)Eus, l’un des plus beaux villages de France voit son église dévalisée. Un coffre étrange, un crucifix, et un calice ont disparu. Le Major Fourcade de la Brigade de Recherche de Prades, va être chargé de l’enquête. Mais un meurtre, puis un second, vont transformer le fait divers en affaire criminelle. On rencontrera au gré des pages un notaire véreux, un groupe de défense de l’église, des Rosicruciens, un prêtre, de singuliers amateurs d’archéologie, et de trop belles demoiselles. Entre piétinements et petites avancées, le profil du coupable idéal ne va pas tarder à se dessiner. Mais au bout des investigations, la surprise sera au rendez-vous.Le mystère de la sacristie

A commander à la FNAC 

Eus, le village dels « lluerts » (des lézards verts)

Juché sur son belvédère, en tête à tête avec le Canigou, loin des turpitudes de la vie citadine ; dominé par son église Saint-Vincent du XVIII ème siècle, érigée sur les ruines de l’ancien château, Eus se targue d’être l’un des plus beaux villages et le plus ensoleillé de France.

Texte Jean-Luc Modat (La Gazette Catalane.com) © Tous droits réserves 2019

Un peu d’histoire…

On appelle ses habitants « els lluerts » ( nom catalan du lézard vert ) Cependant les origines du nom du village Eus proviendraient du latin ilicis désigne le chêne vert décliné en français par le mot yeuse alors qu’en catalan es diu, alzina. Jadis, Eus était donc environné de chênes verts.

Le village d’Eus

Le visiteur courageux peut arpenter jusqu’à l’église, ses venelles tortueuses, ses ruelles escarpées, pavées de galets roulés, bordées de maisonnettes pimpantes… Le visiteur découvrira aux détours, des ateliers d’artisans, des galeries d’artistes et des échoppes originales. Après l’effort, le réconfort ! La belle terrasse ombragée du Bistrot de pays attirera autant que celle panoramique du café El Lluert ,

Réservez votre visite en famille à ce magnifique village médiéval d’Eus. Pendant 40 ans et jusqu’en Janvier 2010, Ursula Vian-Kübler, veuve du génial Boris Vian, vivait dans ce charmant petit village médiéval d’Eus, en Pays Catalan. Il y a quarante ans, Ursula Vian KÜbler et Monsieur d’Déé y créaient et y organisait chaque année le Festival de musique des Nits d’Eus…

Nits d’Eus ( Du 3 Août au 8 Septembre )

Festival des Nits d’Eus du 03 Août au 8 Septembre 2019 désire s’installer dans sa continuité et marquer son anniversaire. C’est pourquoi la saison 2019, plus que toutes les autres années, sera riche et diversifiée.

Tous les concerts et spectacles auront lieu à la Maison du Temps Libre, dans l’Eglise Sant Vicens à Eus, au prieuré de Marcevol ou au Soler, à Molitg et à Banyuls comme indiqué dans le programme.