La disparue de Banyuls

Des vignes Catalanes à la tribune de l’ONU, une incroyable affaire !
Victor Aloz

L’une des vocations premières de la Webzine La Gazette Catalane.com est la promotion des talents du Pays Catalan, (re)connus, parfois méconnus, souvent inconnus… Découvrez donc La disparue de Banyuls, suivez l’empreinte des pas de Mado…

La disparue de Banyuls - Des vignes Catalanes à la tribune de l’ONU, une incroyable affaire !

« Fable moderne, conte fantastique, l’histoire extraordinaire de Mado vous surprendra à chaque page ! Des vignes de Banyuls à la tribune de l’ONU le destin inimaginable de cette femme bouleverse tous les codes, chamboule vos croyances et dépeint notre monde sans filtre, ouvrant la voie à tous les possibles, les meilleurs comme les pires. Dans ce miroir à peine déformant, notre présent, notre passé et notre avenir se bousculent dans un cheminement qui coule naturellement, inexorablement, mais vers quoi ? Vers qui ? Vers où ? C’est toute l’alchimie de ce récit incomparable. Ce qui n’est que vraisemblable aujourd’hui peut devenir vérité demain, ce qui est vérité d’aujourd’hui ne le sera peut-être plus demain…. Qu’en penseraient Platon et Aristote ? Peut-être diraient-ils que les hommes sont prisonniers de leurs opinions, et que s’en libérer ferait d’eux des dieux ? Mais ils l’ignorent encore… »

Disponible chez l’éditeur ! www.leseditionsdunet.com

Ma recette catalane des galtes confites

Ca vous direz de bonnes Galtes de porc à la catalane ?! Je vous sens déjà saliver à la perspective gourmande de savourer ce plat mijoté, mitonné, goûteux, généreux… On dit souvent qu’il y a autant de recettes que de familles catalanes ! Eh bien, je vous offre, là, ma belle recette familiale ! Ambiance  chaleureuse garantie autour d’une belle table conviviale. A taula i bon profit Amics ! (A table et bon appétit amis !) A vos tabliers… A taula i bon profit Amics !

La gastronomie catalane reflet d’identité

Textes & photographies ne sont pas libres de droit et sont la propriété © de www.lagazettecatalane.com. Toute copie/utilisation/reproduction même partielle, n’est pas autorisée, merci de votre compréhension.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est jean-luc-modat-portrait-2.png
Jean-Luc MODAT

Fidèle à mes convictions je privilégie les acteurs locaux : Agriculteurs, éleveurs, charcutiers du Pays Catalan confiant en leur honnêteté, en la traçabilité, en leurs qualités professionnelles et humaines… Aussi, je vous invite à découvrir la charcuterie de Thibault Gonzales à Ponteilla, en cours d’installation à Thuir …Commandez lui « vos » galtes! 

8 belles joues de porc (2 par personne)
120 g de chorizo + 120 g de ventrèche
De l’huile d’olive fruitée  Des Oliviers de la Canterrane
4 poivrons ( rouge – vert )
1 belle tête d’ail
1 boîte 780 g  et 1 boîte de 390 g de tomates
3 beaux oignons + 4/6 généreuses gousses d’ail
Sel – Poivre – pincée de Piment d’Espelette
75cl d’un vin blanc ou rouge du Château Lauriga
1 Bouquet garni (Thym+Laurier)

Découper les poivrons en brunoise
Peler et émincer les oignons
Débiter le chorizo ou la ventrèche
Assaisonner les joues
Verser dans 1 cocotte fonte de l’huile d’olive extra vierge 
Faire revenir chaque joue sur les 2 côtés
Incorporer l’oignon – chorizo ou ventrèche – l’ail dégermé débité,
Sel – Poivre – pincée de Piment d’Espelette
Faire suer puis déglacer le tout avec un verre de vin rouge
Enrichir d’une pincée de piment d’Espelette
Ajouter les poivrons verser les boîtes de tomates concassées
Laisser mijoter à feu doux 1h30/ 2h à couvert

Déguster de préférence le lendemain, c’est meilleur ! Servir accompagné de pommes de terre vapeur. Huuuummm !

Château Lauriga Cuvée Bastien 2016 Rouge

  • Appellation : AOP Côtes du Roussillon
  • Cépages : 60% Syrah, 30% Carignan, 10% Grenache
  • Couleur : Robe grenat vif au rouge profond.
  • Nez : Un nez de fruits rouges mûrs, confiturés, autour d’une note de réglisse, avec une touche d’épices douces.
  • Bouche : Une attaque ronde et bien équilibrée, des tanins enrobés, ainsi que quelques notes de torréfaction en finale.
  • Accords mets et vin: Servir idéalement à 16°C,

A taula i bon profit Amics !

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est catalan-11.png

Pratique Nos producteurs ont du talent !

Artisan éleveur charcutier à Montferrer en Pays Catalan :

Aucune description de photo disponible.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est catalan-11.png

Espace Gourmand Thibault Gonzales

Place de la République 66300 Thuir
Tél. : 0967074777 thibiogonzales@gmail.com

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est catalan-11.png

Coopérative oléicole La Catalane

Coopérative oléicole La Catalane ZAE, 20 Avenue Hermès à Millas Tel 04 68 57 32 90 Mail : dirmah66@wanadoo.fr

’’ La culture de la vigne et de l’olive sont deux cultures les plus anciennes du pourtour Méditerranéen. Elles font partie intégrale de notre Histoire, de notre patrimoine et de nos paysages catalans.’’

Ouverture Boutique Du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h30 à 18h

Ouverture aux apports d’olives à partir du 12 octobre 2020 Moins de 350 kg d’olives les lundis, mercredis, et vendredi de 8h30 à 12h00 Plus de 350 kg d’olives du lundi au vendredi de 15h00 à 18h00

La Gazette Catalane.com ? C’est…

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est catalan-3.jpg

Mettre en avant Notre Art de vivre ;
Promouvoir notre culture et nos traditions ;
Protéger notre patrimoine naturel et paysager ;
Sauvegarder notre héritage historique ;
Promouvoir nos productions et activités locales
Nourrir notre gastronomie catalane originale.

L’ollada, ma recette familiale

Par Jean-Luc Modat

L’ollada, la meva recepta familiar

Bon dia Amics ! (Bonjour les amis!) ravi de vous retrouver ! Vous êtes de plus en plus nombreux à partager mes recettes catalanes ! Aixo me fa plaer! Moltes gràcies! (ça me fait plaisir merci beaucoup) Aujourd’hui, je vous réserve ma recette de l’Ollada ben porcajada (bien garnie de viandes de porc) ! Jadis, aux premiers frimas, dans nos campagnes, c’était le plat rustique quotidien… Aujourd’hui, enrichie, l’ollada est devenue LE plat emblématique de la gastronomie catalane. Huummmm ! Ce plat mijoté exhale des fumets extraordinaires, un véritable opéra de senteurs sublimées par une symphonie de saveurs en bouche ! Bien sûr, cuisiner l’ollada, nécessite temps, patience et générosité… En revanche, elle prépare à des moments partagés de bonheur ! Ainsi, sa seule évocation ouvre les promesses de belles assurances de toujours régaler vos convives, de rassembler de joyeuses tablées ou d’inviter à la complicité un tête à tête intime et gourmand…

Pour (r)éveiller nos racines catalanes

 Jadis… La Matança

« A l’estiuet de Sant Martí, mata el porc i encuba el vi » (À l’été de Saint Martin, tues le cochon et incubes le vin)

L’ollada, ma recette familiale Ma cuisine Catalane d’hier et d’aujourd’hui (La Gazette Catalane.com)

Autrefois en Pays Catalan, dans les mas, chaque famille de pagesos (de paysans) possédait son cochon destiné aux salaisons  boudins (botifarres), pâtés, saucissons, jambons (cambajons). Ainsi, aux premiers frimas de l’Hiver, en lune vieille, (pour écarter tout risque de pourriture ou d’altération des viandes) A entendre leurs grouinements inquiets, ces cochons pressentaient-ils la cérémonie de la Matança, où ils devaient être sacrifiés ? C’était l’occasion d’une belle fête où famille et voisins participaient…

L’ollada, ma recette familiale Ma cuisine Catalane d’hier et d’aujourd’hui (La Gazette Catalane.com)

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est rond-catalan.jpg

Ingrédients pour 4 personnes qui se tiennent bien à taple

L’ollada, ma recette familiale Ma cuisine Catalane d’hier et d’aujourd’hui (La Gazette Catalane.com)

2 petites palettes de porc
1 petit jarret de porc 400 g ventrèche de porc 3 boudins noirs catalans
2 joues de porc 200 g garró de jambon de montagne à l’os bien rance
1 morceau de carn de perol (pas de fromage de tête !) 1 morceau de sagi (saindoux rance)
6 carottes
3 poireaux
1 petit chou vert bien pommé
8 petits navets ronds
1 oignon piquet de 5 clous de girofle
1 branche de céleri
1 bte 250 g conserve haricots blancs au naturel
6 pommes de terre moyennes
5 gousses d’ail
1 bouquet garni (thym+ laurier)
Poivre

Préparation : 45 min 

Cuisson : 5h30 

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est rond-catalan.jpg

Préparation

La veille

Si les morceaux de viande sont demi-sel, les faire tremper la veille toute la nuit dans l’eau froide.

L’ollada, ma recette familiale Ma cuisine Catalane d’hier et d’aujourd’hui (La Gazette Catalane.com)

Le lendemain

Remplir un faitout déposer palette jarret ventrêche Couvrir d’eau froide Porter à ébullition pendant 15 min puis jeter l’eau de cuisson Dans 1 autocuiseur verser palette jarret garró ventrêche Couvrir d’eau froide Ajouter bouquet garni + oignon piqué de 5 clous de girofle Dés l’ébullition, fermer, Au chuintement de la soupape baisser le feu compter 60 min

Pendant ce temps

L’ollada, ma recette familiale La Gazette Catalane.com

Eplucher laver les légumes les couper en morceaux de 2 cm environ
Emincer le choux en lanières grossières

L’ollada, ma recette familiale Ma cuisine Catalane d’hier et d’aujourd’hui (La Gazette Catalane.com)

En fin de cuisson des viandes (60 min) les sortir et réserver. Frotter graisser tout l’intérieur du faitout au sagi rance Y verser l’eau de cuisson de l’autocuiseur (sans l’oignon piqué de girofle) Ajouter les légumes (sauf pommes de terre et haricots) ail, bouquet garni,

L’ollada, ma recette familiale Ma cuisine Catalane d’hier et d’aujourd’hui (La Gazette Catalane.com)


Escorter d’1 boudin noir et de la carn de perol (les 2 émiettés) Pour terminer compléter par le garró (déjà cuit précédemment) Porter à ébullition l’ensemble puis poursuivre à petits feux tout doux 1 h
Ajouter les pommes de terre et boudins noirs
Poursuivre la cuisson à petit feu 1 h à couvert
Puis compléter par les haricots égouttés, Poursuivre cette douce cuisson 15 min à découvert

L’ollada, ma recette familiale Ma cuisine Catalane d’hier et d’aujourd’hui (La Gazette Catalane.com)

Réchauffée l’ollada est bien meilleure préparez la la veille.

L’ollada, ma recette familiale Ma cuisine Catalane d’hier et d’aujourd’hui (La Gazette Catalane.com)

i Bon profit ! 

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est rond-catalan.jpg

Quel vin pour accompagner ?

« Quand le vin est tiré, il faut le boire, surtout s’il est bon. » Marcel Pagnol« 

L’impertinent 2017 Domaine d’Elie

Vin de Pays des Côtes Catalanes
Bouteille de 75cl
Belle robe rouge grenat, aux nuances pourpres profondes.
Beau bouquet intense, où se mêlent les fruits mûrs et une pointe de réglisse. La bouche puissante est construite sur des tanins granuleux. Finale persistante sur les arômes du nez.
Température service : entre 17 et 19° C.

« l’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération

Ma recette de la coca catalane

Les coques catalanes sucrées ? Oooohh ! Il en existe une multitude types, d’infinies variantes et pâtes : feuilletées, levées, briochées… La coca ou coque est une sorte de fougasse salée ou sucrée, appréciée en Catalogne depuis le Moyen âge. Je vous offre ma recette qui fleure bon les amandes que l’on trouvait en abondance autrefois dans Aspres… Surprenez donc votre famille et vos (vrais) amis grâce à cette recette. A vos fourneaux les Amis !

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est catalan-11.png

La gastronomie catalane reflet d’identité

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est catalan-11.png

Un peu d’histoire

Autrefois, chaque village, chaque famille perpétuaient les secrets de ses propres recettes… Les coques s’imposaient naturellement en désert des repas de Dimanches, des fêtes familiales, votives o de Festa Major… à Pâques o per la nit de Sant Joan ! N’attendez ces occasions pour en élaborer !

Textes et photographies ne sont pas libres de droit et sont la propriété de www.lagazettecatalane.com. Toute copie/utilisation/reproduction même partielle, n’est pas autorisée, merci de votre compréhension.

Temps Total : 70 min Préparation : 30 min Cuisson : 40 min

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est catalan-11.png

Ingrédients

400 g de farine
250 g de sucre en poudre
15 cl d’huile d’olive
25 cl lait
20 g de levure
3 œufs
Les zestes de 2 citrons non traités
1 noix de beurre ramolli
100 g de pignons + fruits confits
Massepain (200 g de poudre d’amande + 150 g sucre + 8 cl eau)
2 cuillères à café de cannelle
sucre glace
Fleur d’oranger
100 g de pignons

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est catalan-11.png

Préparation

Habiller votre moule de papier sulfurisé, le beurrer
Tiédir dans une casserole le lait
Tamiser la farine + levure
Faire tremper les pignons dans de l’eau (Ils ne brûleront pas à la cuisson)
Battre jaunes d’œufs + sucre + zestes citrons + cannelle + fleur oranger
Fouetter au batteur électrique vitesse mini verser peu à peu farine + levure
Verser le lait + huile – Mélanger
Laisser reposer la coca 10 min

Réaliser le massepain ( mélanger poudre d’amande+sucre+eau)
Verser la moitié du volume de la pâte dans le moule
Étaler le massepain sur cette pâte avec 1 spatule
Verser le restant du volume de la pâte sur le massepain
Égoutter les pignons puis parsemer toute la surface de la pâte
Incruster des fruits confis
préchauffer le four à th.7- 200°

Enfourner cuire à four 200º 10 min + 30 min à 180º vérifier la cuisson Sortir – refroidir – démouler – Saupoudrer de sucre glace

Cuisiner, c’est Aimer offrir du plaisir !

Jean-Luc Modat La Gazette Catalane.com la recette de la coca catalane

Surprenez-vous en dégustant un excellent Banyuls Rimage 2016 accompangé d’une part généreuse de Coca ! Bon profit !

Agriculture Biologique

Domaine du Traginer

rvf

Caveau dégustation 7 rue Saint Pierre à Banyuls de la Marenda (Banyuls / mer) Tél.  04 68 39 73 59

56, avenue du Puig Del Mas à Banyuls de la Marenda
Tél : 04 68 88 15 11 : Jean-François Deu

Ce vin doux naturel d’apéritif ou désert, intense et gourmand, du Domaine du Traginer, la cuvée Banyuls Rimage 2016

Bon Profit a Tothom Amics !

Eus, le village dels « lluerts » (des lézards verts)

En tête à tête avec le Canigou, loin des turpitudes de la vie dite « Moderne » ; perché sur un dôme granitique, dominé par son église Saint-Vincent du XVIII ème siècle, Eus se targue d’être le village le plus ensoleillé de France.

P6050166 (2).jpg

Un peu d’histoire…

On appelle ses habitants « els lluerts » ( nom catalan du lézard vert ) Cependant les origines du nom du village Eus proviendraient du latin ilicis désigne le chêne vert décliné en français par le mot yeuse alors qu’en catalan es diu, alzina. Jadis, Eus était donc environné de chênes verts.

Le village d’Eus

En tête à tête avec le Canigou, loin des turpitudes de la vie dite « Moderne » ; perché sur un dôme granitique, dominé par son église Saint-Vincent du XVIII ème siècle, Eus se targue d’être le village le plus ensoleillé de France. Le visiteur peut arpenter jusqu’à l’église, ses venelles tortueuses, ses ruelles escarpées, pavées de galets roulés, bordées de maisonnettes pimpantes… Le visiteur découvrira aux détours, des ateliers d’artisans, des galeries d’artistes et des échoppes originales. Après l’effort, le réconfort ! La terrasse ombragée du Bistrot de pays attirera autant que celle panoramique du café El Lluert ,

P6050142 (2).jpgLe Bistrot de Pays en terrasse ombragée propose des salades, des produits de terroirs bien que la quiche ne soit pas véritablement un plat catalan !

P6050163 (2).jpgA la terrasse panoramique du resto la Maison du Temps Libre, vous pourrez déguster des tapas composées à base de produits du Pays Catalan.

Le mystère de la sacristie

Roger Blandignères (Auteur) Paru en novembre 2010 Roman (broché)

mystere-de-la-sacristie (2)Eus, l’un des plus beaux villages de France voit son église dévalisée. Un coffre étrange, un crucifix, et un calice ont disparu. Le Major Fourcade de la Brigade de Recherche de Prades, va être chargé de l’enquête. Mais un meurtre, puis un second, vont transformer le fait divers en affaire criminelle. On rencontrera au gré des pages un notaire véreux, un groupe de défense de l’église, des Rosicruciens, un prêtre, de singuliers amateurs d’archéologie, et de trop belles demoiselles. Entre piétinements et petites avancées, le profil du coupable idéal ne va pas tarder à se dessiner. Mais au bout des investigations, la surprise sera au rendez-vous.Le mystère de la sacristie

A commander à la FNAC 

Locavore, consommer local et durable

Prendre le temps de vivre
Êtes-vous locavore ? Consommer des produits locaux issus d’une agriculture respectueuse de l’environnement, voilà une définition du locavorisme.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Les fromages fermiers catalans (Photo La Gazette Catalane)

Une question de proximité

Être locavore c’est tout d’abord penser en terme de distance. Cela consiste ainsi à sélectionner des produits locaux. Par produits locaux certains entendent « produits français », d’autres « produits régionaux » ou encore « produits du département ». Chacun détermine son périmètre de consommation, celui-ci pouvant se réduire à son propre jardin pour certains produits ! L’idée est de limiter les longues distances de transport pour réduire l’usage d’énergies fossiles et préserver la fraîcheur des produits.

produits de saison

Être locavore c’est tout naturellement consommer des produits de saison. En ce moment, de belles asperges vous tendent les bras ! L’idée est de suivre le rythme de la nature, de manger ce que chaque saison nous propose et de le sublimer en cuisine…

Une agriculture raisonnée voire bio

Être locavore c’est aussi avoir des valeurs environnementales et sélectionner des produits issus d’une agriculture raisonnée voire bio. Au-delà du respect de l’environnement, c’est aussi le respect du producteur qui est en jeu. Consommer local, responsable et durable permet d’agir directement sur l’économie locale et de valoriser les petits producteurs.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Les bons produits fermiers catalans (Photo La Gazette Catalane)

Définir son réseau

Pour devenir locavore, on prend plaisir à tracer son réseau de consommation. L’occasion de rencontrer des producteurs locaux, de faire le marché, de découvrir des endroits insolites (des fermes par exemple)… renseignez-vous auprès de votre commune qui vous proposera peut-être une liste de producteurs. Des annuaires existent également sur la toile. Et vous trouverez peut-être le tout en un : des paniers locavores hebdomadaires distribués en point relais ou une AMAP (association pour le maintien d’une agriculture paysanne) tout près de chez vous. Se nourrir exclusivement de productions locales, cela demande une certaine rigueur tout en apportant un plaisir immense au moment de passer à table !
Le locavorisme se concentre principalement sur l’alimentation mais s’étend aussi à d’autres produits dans le domaine du mobilier par exemple ou encore de la vannerie, du textile.

Balade nature dans les Aspres sauvageonnes.

Samedi 7 juillet de 8h45 à 12h, l’association Addicterra organise une balade découverte dans le causse autour de Sainte Colombe de la Commanderie, pittoresque village des Aspres sauvageonnes… Une découverte de la végétation du maquis et de la garrigue. A vos agendas !

Balade découverte causse de ste Colombe de la commanderie.jpg

Départ de la Cellera prés de l’église de Sainte Colombe pour une boucle dans le causse. avec la découverte de la végétation du maquis, de la garrigue. Les participants pourront observer les paysages , leurs particularités agricoles et sauvages. Des échanges seront privilégiés autour des bénéfices prodigués par cette nature exceptionnelle : (Plantes comestibles, nouvelles plantes paysagères, adaptation à la sécheresse)

sainte Colombe de la Commanderie (Photo lagazettecatalane.com).JPG

Plusieurs dates de prévus :
Les samedis 7 , 14, 21, 28 juillet – RDV 8h45 devant l’église

Durée 3h – Tarif : 15 euros/ personnes – Maximum 20 pers.
Enfants: gratuit dans la limite d’un nombre raisonnable
Prévoir de bonnes chaussures, de l’eau, de quoi noter, prendre des photos

Inscription : Yannick.lopez@addicterra.fr tel 06 72 00 07 92

Bergerie Ste Colombe Photo La Gazette Catalane.jpg

Tressère : Isabelle Raoux gardienne de l’âme du Mas Mulés

Œnotourisme : La saga du Domaine des Demoiselles se perpétue sous l’impulsion d’Isabelle et Didier qui ont converti l’exploitation en agriculture biologique voilà 17 ans. Rencontre.

Isabelle Raoux et Didier Van Coteghem (Photo La Gazette Catalane )
Isabelle Raoux et Didier Van Coteghem (Photo La Gazette Catalane )

Au cœur des Aspres, Tressères. Ici, la vigne règne sans partage, court et dévale, croupes d’ocres, coteaux à galets roulés, terrasses de schistes blancs. Au sortir du village, une petite route s’évade parmi ces vignobles jusqu’au hameau du Mas Mulés. Là, de majestueuses bâtisses érigées par l’Église au début 18è siècle et le sourire avenant d’Isabelle Raoux accueillent le visiteur. Depuis la Révolution, sept générations d’agriculteurs, s’y sont succédées.

Isabelle Raoux (La Gazette Catalane)
Isabelle Raoux (La Gazette Catalane)

Isabelle en héritière de l’âme des lieux relate l’Histoire : »Mon arrière-grand-père a donné son nom au mas où il vivait avec ses quatre frères, chacun attaché à une activité agricole particulière. Joseph et son frère maquignon, la chariote chargée de fûts, montaient jusqu’à Renne vendre le vin. Son frère, descendait des chevaux de trait bretons pour en faire commerce ici.» Lors d’un voyage, Joseph reviendra avec une bretonne qu’il épousera.

La cuina (Photo La Gazette Catalane)
La cuina (Photo La Gazette Catalane)

De cette union naîtra Célina. Plus tard, celle-ci et son mari Michel Barde, reprendront l’exploitation viticole, longtemps appelé mas de Las Minyonas (jeunes filles) car de nombreuses jeunes filles y vivaient, Célina sortira ses premières bouteilles en 1978 identifiées Domaine des Demoiselles.

Deux passionnés

Le Domaine des Demoiselles .JPG

Jeune, rien ne prédisposait Isabelle à devenir vigneronne. Sa passion, l’équitation, la poursuivra 20 ans. «Ma grand-mère exploitera très tard seule ses terres espérant que l’un des petits enfants les reprenne. Personne n’était en perspective. Je me suis dit pourquoi pas moi !» Une formation d’œnologue plus tard, Isabelle lui succédera accompagnée de Didier Van Coteghem globe-trotter scaphandrier professionnel de son état, autodidacte reconverti à la viticulture. Inexpérimenté mais instinctif, snobé par le microcosme viticole local, le courageux duo est allé rechercher sous d’autres cieux la reconnaissance ! Aujourd’hui, leurs vins partent à l’export : Belgique, Italie, Grande-Bretagne, États-Unis…

 

Vins authentiques et élégants, signature d'un travail passionné (Photo La Gazette Catalane)
Vins authentiques et élégants, signature d’un travail passionné (Photo La Gazette Catalane)

Après quelques récompenses nationales, les portes se sont naturellement ouverte ici. Depuis 17 ans : à Didier, les travaux de la vigne, les vendanges manuelles ; à Isabelle, vinification, commercialisation. Le vignoble s’étend sur 30 ha d’un seul tenant, plantés de ceps de vigne parfois âgés de 70 ans où huit cépages constituent sa palette : carignan syrah, mourvèdre, grenache noir, muscat, macabeu, grenache gris et marsanne. Isabelle et Didier l’exploitent en harmonie avec la nature, sans pesticides ni produits chimiques.Climat sec, Tramontane, labours fréquents, préviennent des maladies, la lutte contre les ravageurs est menée de façon biologique. La vendange manuelle, les raisins triés en vigne, des rendements volontairement amoindris, permettent la vinification traditionnelle de raisins sains, gorgés de soleil où se concentrent le caractère naturel, les richesses de ce terroir originel. «La proximité des vignes et de la cave évitent l’oxydation du raisin lors des vendanges.» Précise Didier Van Coteghem celui venu vendanger quelques jours et qui n’est jamais reparti pour Chablis.

Le Partage du Domaine des Demoiselles (Photo La Gazette Catalane)
Le Partage du Domaine des Demoiselles (Photo La Gazette Catalane)

Toujours en recherche d’un vin d’exception, ces passionnés sont fiers de la cuvée haut de gamme du domaine Le Partage Côtes du Roussilon Les Aspres en millésime 2011. D’ailleurs, ces AOC Les Aspres viennent d’être reconnus par l’INAO avec une nouvelle hiérarchisation d’appellation Villages. « Dans les mois qui viennent nous organiserons des apéritifs vignerons musicaux pour animer ce lieux magique. » Informent de concert les sympathiques Isabelle et Didier.

Contact :

  • Mas Mulès Tressère  Tél : +33 4 68 38 87 10 – Mobile : +33 6 83 04 34 62
  • Email : domaine.des.demoiselles@wanadoo.fr
  • – 9h30/12h-15h/19h