Sant Jordi, symbole vivace de la Catalogne millénaire… (Jean Iglesis)

« Confinement, masques, Covid 19, gel hydro-alcoolique, récession et de chômage…. » Les Médias franciliens nous abreuvent, en continu, de leurs communiqués puérils infantilisant… En ces temps de confusions acculturées, de globalisation, d’uniformisation modélisée, de déracinement, de perte de repères et de valeurs familiales, sociales et identitaires… La belle plume de Jean Iglesis gratifie tous les abonnés de lagazetteCatalane.com (abonnement gratuit!) d’un excellent article érudit sur Sant Jordi… Silence, motus ! des médias d’île de France pour la journée mondiale du livre et du droit d’auteur qui était célébrée ce 23 Avril !

( Jean Iglesis ) -« Sant Jordi terrassant le dragon, c’est plus qu’une image d’Epinal, mais c’est une véritable icône. Bien que d’abord manichéenne, cette scène épique de combat, de ferveur et de courage nous renvoie au travers de la geste éthérée du chevalier romain au triomphe de la lumière sur les ténèbres, de la connaissance sur l’obscurantisme, de la liberté face à l’oppression.

Sant Jordi.jpg

L’Histoire retient de Sant Jordi…

L’Histoire retient de Sant Jordi un militaire romain et chrétien qui fut martyrisé à l’époque de l’Empereur Dioclétien, vers l’an 303. La légende attribue à Sant Jordi d’avoir vaincu le dragon qui s’apprêtait à dévorer une princesse, laquelle princesse avait été tirée au sort et lui avait été livrée, pour apaiser sa fureur. Au Moyen Age, la Géorgie, l’Angleterre, la Grèce et la Catalogne ont choisi Saint-Georges pour Saint- Patron.

Symbole de la Catalanité

La guerre civile catalane éclate.  Les agriculteurs de Remença
La guerre civile catalane éclate: la Generalitat contre le roi

A la fin du XIXème, Sant Jordi devient un symbole catalaniste. La lutte du chevalier contre le dragon pour libérer la jeune princesse représente le combat de la Catalogne pour sa propre liberté.
Cette lutte s’inscrit pleinement et légitimement dans le conflit pluriséculaire qui a opposé la Catalogne à la Castille. Jetons au vent de l’Histoire quelques événements, qui ont endeuillé la Catalogne : le Compromis de Caspe (1412), le Traité des Pyrénées (7 novembre 1659), la chute de Barcelone (11 septembre 1714) devant les armées du Roi Felip V d’Espagne, l’exécution de Lluís Companys (président de la Generalitat de Catalogne de 1934 à 1940)…

Sant Jordi.jpg

Fête du Livre en Catalogne

Retour en arrière c’est le jour de Sant Jordi que depuis le XVème siècle l’on célèbre la traditionnelle Foire des Roses. En 1926 le jour de Sant Jordi devient réellement celui de la Fête du Livre en Catalogne. C’est dans un esprit forgé par les poètes de la Renaissance (Jacint Verdaguer), du «noucentisme», puis du modernisme (Angel Guimerà et Joan Maragall) que Sant Jordi va s’imposer peu à peu comme un symbole de combat, de progrès et d’espoir.

Sant Jordi icone de la résistance catalane

La Catalogne, opprimée depuis l’annexion (son partage est effectué le 7 novembre 1659 entre la France et l’Espagne, dans l’île des Faisans, au large de la Bidassoa, par le « maudit » Traité des Pyrénées) va engager peu à peu sa reconquête et sa reconstruction.
Le fait que Barcelone soit une capitale européenne du livre et de l’édition n’est pas un élément étranger à l’action qui sera menée, dans la réappropriation identitaire et culturelle de la Catalogne…
Les volontés politiques qui s’affirmeront plus tard, lors de la dictature franquiste notamment – date du coup d’état du Général Franco – à sa mort, le 20 novembre 1975, n’entameront pas la détermination catalane qui, après l’échec de l’instauration d’une République (Francesc Macià proclame en avril 1931 la 1ère République Catalane) va aboutir en 1979 à l’instauration d’un gouvernement autonome : la Generalitat de Catalunya verra alors le jour.

Joanot Martorell a Muro.jpg
Peinture murale réalisée par Toni Espinar représentant Joanot Martorell. auteur du roman « Tirant le Blanc »

Pour mémoire, c’est en 1926, que le jour de Sant Jordi devient réellement celui de la fête du livre en Catalogne. On célèbre le 23 avril de cette année 1926 le 310ème anniversaire de la disparition de Miguel Cervantès. De manière concomitante par les hasards d’un décalage entre le calendrier grégorien et le calendrier julien, le 23 avril 1616, Miguel Cervantès meurt le même jour que William Shakespeare. C’est dire qu’il y a déjà quatre siècles, le 23 avril s’annonçait déjà comme la date propice à l’émergence ‘une manifestation littéraire d’ampleur.
Curiosité de l’Histoire si l’on se rappelle que Miguel Cervantès, le génial auteur du « Don Quichotte », a été grandement influencé par Joanot Martorell, écrivain catalan – un Valencien s’il en fût – lequel a été considéré comme annonciateur du roman picaresque, avec « Tirant lo Blanc »

Retour aux sources

L’image contient peut-être : 1 personne
Pompeu Fabra i Poch réalise la normalisation du catalan (Photo: Pere Català i Pich)

La Sant Jordi prend aujourd’hui la forme d’un retour aux sources, outil et arme de récupération de la langue, de la culture et de l’identité catalane « al capdevall » (c’est-à-dire au final).
Au cours de la première moitié du XXème siècle, les événements se précipitent : Pompeu Fabra «El Seny ordenador de la llengua» réalise la normalisation du catalan. Éclate la guerre d’Espagne : Luís Buñuel, Pablo Picasso, Pau Casals, Joan Alavedra et bien d’autres s’exilent. Antonio Machado meurt à Collioure : «Petit Espagnol qui vient au monde, que Dieu te garde, l’une des deux Espagne va te glacer le cœur», écrit-il avec foi et gravité… Frederico Garcia Lorca est exécuté sur la route de Grenade. George Orwell, écrivain talentueux, engagé dans la milice du POUM, rend «Hommage à la Catalogne», exaltant les efforts des mouvements syndicaux et nationalistes. Nombre de réfugiés de l’Espagne, déchirée, iront par la suite lutter contre les nazis. Certains connaîtront l’enfer des camps de concentration, tragiquement déportés à Dachau, à Auschwitz ou à Buchenwald…

Journée mondiale du livre et du droit d’auteur

JOURNÉE MONDIALE DU LIVRE ET DROIT D’AUTEUR

Ces éléments conjugués ont peu à peu forgé la conscience et la résistance catalanes. Ils ont appris à un peuple pourvu d’une identité des plus marquées à lutter pour conquérir enfin sa liberté.
Sant Jordi, 23 avril, une date qui ne s’est pas démentie, puisque la fièvre de Sant Jordi a graduellement gagné toute l’Europe pour être aujourd’hui officiellement reconnue par l’UNESCO comme journée mondiale du livre et du droit d’auteur (le 23 avril 2002 précisément).

Jean Iglesis (14 avril 2015 LJC)

Le 23 Avril, c’est Sant Jordi !

A Catalunya i aqui al Pais Català, cette belle Fête populaire a lieu au printemps chaque 23 avril. La Culture flirte avec le Romantisme pour célébrer ce jour-là le livre, l’Amour et la culture Catalane. Cette tradition veut que les couples s’échangent des présents : Quand les femmes remettent un livre ; les hommes, leurs offrent une rose…

Les origines de la Sant Jordi ?

Saint Georges, alias Sant Jordi, est Saint patron de la Catalogne depuis 1456. Cette fête doit son originalité à un mélange de traditions datant d’époques différentes auxquelles s’ajoutent la légende de Saint Georges terrassant le dragon pour sauver la princesse et la population de la furie du monstre (selon la légende, des roses rouges émergèrent du corps de l’animal traversé par l’épée de Saint Georges, qui en offrit une à la princesse) Si Sant Jordi est connu c’est aujourd’hui comme le Saint patron des amoureux !

La symbolique de la Sant Jordi

saint-george

Si d’aventure, votre esprit curieux vous pousse à vous livrer à lexégèse allégorique de cette légende… Par-delà sa forme surannée de fête catalane des amoureux se cachent des significations cachées du mythe du preux chevalier Saint Georges, alias Sant Jordi. La symbolique de la victoire : De la lumière sur l’obscurité, du savoir sur l’ignorance, du bien sur le mal !

Pa amb oli… c’est ça !

Sorti de l’oubli et rendu célèbre par la célèbre chanson « Volem pa amb oli » interprétée par Jordi Barre i El Fanal Sant Vicens, ici par Joan Pau Giné… Nous sommes (hélas) nombreux à en ignorer sa véritable préparation. Aujourd’hui, trop confondent Pa amb oli frugal ambe Pa amb tomaquet i pernil plus élaboré…

Joan Pau Giné

Mais Ouuiiii ! Souvenez-vous de ce temps où il était (encore) interdit de parler et de penser en catalan ! Fa temps a Terra Nostra, jadis dans nos campagnes, c’était le plus fréquent des « goûters » des enfants pauvres : Un quignon de pain bien rassis frotté à l’ail amb un raig d’oli (avec un jet d’huile d’olive). Là, j’imagine les profanes, ignares, prétentieux et foresters s’affubler du petit air bêta de suffisance pour affirmer haut et fort sans douter (avec un accent pointu à vous percer les tympans!) « Pa amb oli c’est avec de la tomate, du jambon, et… » Là, je les brise dans leur élan d’un sentencieux : « Calleu vos ! No és aixo ! »

Textes & photographies ne sont pas libres de droit et sont la propriété dewww.lagazettecatalane.com. Toute copie/utilisation/reproduction même partielle, n’est pas autorisée merci de votre compréhension.

1 Quignon de pain rassis ou une belle tranche de pain grillée
1 bonne tête d’ail
De l’huile d’olive fruitée du Pays Catalan
De la fleur de sel de Salanque

Prenez votre beau quignon sec d’un bon pain de chez votre (vrai) boulanger
Épluchez vos gousses d’ail
Couper votre quignon en deux
Frictionnez généreusement d’ail vos beaux croûtons de pain doré (ou la tranche de pain)
Salez légèrement le tout de fleur de sel
Versez sur le croûton aillé, un raig d’oli, (quelques larmes… Eh! un peu plus…) d’huile d’olive pure, onctueuse et parfumée d’aqui, parée de sa plus belle robe or où se jouent de merveilleux reflets verts…
N’hésitez pas… Encore une discrète pincée de fleur de sel ! Hop ! Hop ! Pas trop… Et votre pa amb oli est prêt. Là, installez-vous. Accordez-vous du temps, dégustez… Aussitôt, c’est tout le Pays Catalan dans une savoureuse et intense frugalité qui envahit votre bouche… d’un soleil torride !

La Gazette Catalane.com ? C’est :

Mettre en avant Notre Art de vivre ;
Promouvoir notre culture et nos traditions ;
Protéger notre patrimoine naturel et paysager ;
Sauvegarder notre héritage historique ;
Promouvoir nos productions et activités locales
Nourrir notre gastronomie catalane originale.



Bonjour, Bonjour…les hirondelles !

Ça n’a pas échappé à tous ceux qui voient au-delà de leur bout de nez, qui daignent lever les yeux de leur smartphone ou échapper à leur quotidien routinier ? Qui donc s’aventure encore à scruter le ciel ? A guetter leur arrivée ? Bon, allons-y ! C’était il y a trois jours, vers 16h environ, des « Tchirp ! Tshirrip ! » m’ont subitement invité à lever la tête… J’avais l’heureuse sensation que les trissements de ces premières hirondelles me saluaient, clamaient leur bonheur d’être enfin arrivées à destination en Pays Catalan !

Photo Jean-Luc Modat

« Et vas-y que ça virevolte par ci, que ça s’élève par là , que ça enchaîne des acrobaties en piqué dans l’azur... » Leurs présences et leurs chants me rassuraient comme pour m’évader jusqu’aux souvenirs sécurisants de ma plus tendre enfance… Là, je me suis surpris à songer : « Ce Monde n’est pas tout à fait fichu puisqu’il y a encore quelques hirondelles« 

Migration impactée

Frappées par les pollutions conséquences de nos modes de vie irrationnels et dévastateurs, il y aura-t-il encore des hirondelles dans notre ciel ? C’est indéniable, leur migration annuelle a été impactée par le réchauffement climatique. Aussi, la chute inquiétante de 30 % la population d’hirondelles au cours cette dernière décennie n’a-t-elle pas déjà impactée nos Étés par la proliférations des moustiques « immunisés » aux pesticides ? Nos enfants, nos petits enfants et les générations futures auront-ils le bonheur d’observer encore dans 10 ans ces petits oiseaux annonciateurs du beau temps dans le ciel du Pays Catalan ?

Ma recette des fèves à la catalane

(La meva recepta de faves a la catalana)

Je vais vous livrer, ici, les secrets de cette recette familiale transmise par la meva Tia Maria (ma tante Marie)  de Tarerach… Ce plat populaire et convivial, dévoile des nuances subtiles de fraîcheurs tout en exhalant de puissantes notes révélées par les accords délicats de nos charcuteries ! Gourmand et chaleureux, ce plat se plaît à être partager ! C’est la saison des primeurs ! Profitons-en pour ne choisir que de bons ingrédients du Pays Catalan !  A vos casseroles…. i Bon profit a tothom Amics !!!

Textes & photographies ne sont pas libres de droit et sont la propriété © de www.lagazettecatalane.com. Toute copie/utilisation/reproduction même partielle, n’est pas autorisée, merci de votre compréhension.

La gastronomie catalane reflet d’identité

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est jean-luc-modat-portrait-2.png
Jean-Luc Modat © 2020

L’Art de vivre Catalan s’exprime d’abord par la richesse de sa gastronomie, présentée souvent à torts de façon restrictive au travers de quelques plats ! A Primavera, (au Printemps), un incontournable du Pays Catalan :  Faves a la catalana (Les fèves à la catalane). Un plat simple décliné en de nombreuses recettes, selon les régions : Aspres, Ribéral, Salanque, Conflent, Vallespir…. en fonction des goûts et des recettes familiales…

Préparation : 45 minutes. Cuisson : 30 minutes.

Pour 4 personnes

8 oignons nouveaux de Toulouges (cebes noves)
2 kg de fèves entières avec cosses
6 gousses d’ail
12 artichauts violets du pays (carxofas de la salanca)
10 Roustes (ventrèche)
2  botifarra negra (boudins noirs)
700 g de Saucisse catalane
2 feuilles de laurier
1 verre de vin blanc sec 
Une cuillère d’huile d’olive Domaine de l’Arbre Blanc à Saint Genis des Fontaines
Fleur de sel de Salanque, poivre noir

Huile d’Olive du Domaine de l’Arbre Blanc à Saint Genis des Fontaines (Photo La Gazette Catalane)

De nombreuses recettes n’utilisent uniquement que les graines des fèves. Là, l’originalité est de cuisiner les cosses entières. Il faut bien les laver puis prendre soin d’ôter avec un couteau les filaments  des deux bords de chaque cosse.

Éplucher l’ail et les oignons, émincez-les finement.
Laver les artichauts, éliminez les feuilles dures
Couper les artichauts aux 3/4 de leur hauteur.
Les trancher en 4, retirez le foin intérieur.
Dans une poêle, faites revenir dans l’huile d’olive les oignons nouveaux y ajouter la saucisse,  la ventrèche débitée en morceaux et les rondelles de boudin
Dans une cocotte en fonte, déposer les fèves, les artichauts, les feuilles de laurier, du sel, du poivre et le verre de vin blanc puis un peu d’eau chaude.
Ajouter saucisse, ventrèche, boudin
Ajouter de l’eau chaude au cours de la cuisson si nécessaire

    • Ce diaporama nécessite JavaScript.

      Fèves à la catalane 21(Photo La Gazette Catalane).jpg
      Fèves à la catalane (Photo La Gazette Catalane)

Les Clos de Paulilles Rouge 2017 AOP Collioure

« Aux arômes de fruits mûrs et d’épices s’ajoute la complexité de chacun des cépages : finesse et élégance pour le Mourvèdre, gras et opulence pour Grenache, et une trame minérale unique apportée par la Syrah sur ces schistes bruns de Collioure. » Servir à 16-18°C. Accords parfaits avec cette recette des fêves à la catalane.

L’abus d’alcool est dangereux, consommez avec modération

Conseils & Astuces

Déguster le lendemain, L’attente ne sera que meilleure !
Cuire chaque ingrédient séparément pour mieux maîtriser la cuisson afin d’éviter que les fèves ne soient réduites en bouillie permet aussi d’obtenir ventrèche et saucisse bien dorées.

Texte et Photo Jean-Luc Modat Tous droits réservés (La Gazette Catalane.com)

i Bon profit a tothom Amics !!!

L’omelette de Pâques ? En l’any que ve… la truita de Pasqua

Cette année : C’est râpé ! Aqui, al Pais Català, chaque Lundi de Pâques, nous perpétuons la tradition. Cette année, nous avons dû (hélas!) y déroger… Cette tradition Catalane pugnace qui nous anime toujours pour nous inviter à nous réunir en famille ou/et entre amis pour partager L’Omelette de Pâques !

Textes & photographies ne sont pas libres de droit, propriétés de www.lagazettecatalane.com. Toute copie/utilisation/reproduction même partielle n’est pas autorisée, merci de votre compréhension.

omelette (1)

La gastronomie catalane reflet d’identité

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est jean-luc-modat-portrait-2.png
Jean-Luc Modat

Ce n’a pas été le cas cette année ! Les autres années, elle se cuisine à l’extérieur dans le jardin ou dans des hauts lieux de pèlerinage comme la Chapelle de la Trinité à Prunet et Belpuig dans les Aspres,  l’ermitage de Domanova, situé prés de Rodès, L’ermitage de St Ferréol aprés Llauro direction Céret, Consolation sur les hauts de Collioure… Dans les deux cas de figure, grillades ou omelette, l’essentiel est le partage, la convivialité, le lien social, la bonne humeur et l’Amitié qui prévalent…

12 œufs,
3 tranches de ventrèche,
2 beaux boudins noirs catalan (bien sûr !)
400 g de saucisse catalane fraîche
4 cuillerées à soupe d’huile du Pays
1 bouquet de persil
1 bouquet d’artichauts bien tendres du pays
Certains y ajoutent des asperges sauvages quand ils ont daigné
Sel – Poivre

omelette de pâques photo La gazette Catalane.com 4 (1)

Débitez la ventrèche salée en dés, les boudins et la saucisse en rondelles épaisses.
Effeuillez les artichauts, couper le cœur en lamelles épaisses
Cuisson totale 15 minutes.
Battez longuement les œufs en omelette, poivrer, ajoutez le persil lavé et haché.
Dans une grande poêle verser de l’huile, faîtes blondir la charcuterie et revenir les artichauts. Versez ensuite les œufs et faîtes blondir les deux faces. C’est prêt ! A « Taple » !

A « Taple » i Bon profit a tothom !

L’Étouffé d’artichauts de pommes de terre nouvelles du Pays Catalan

Estofat de carxofes i trumfes noves

Texte et Photos Jean-Luc Modat Tous droits réservés (La Gazette Catalane.com)

Aujourd’hui, j’ai décidé de rendre hommage à ma grand-mère en partageant avec vous cette belle recette familiale pour raviver ( je l’espère) les saveurs de votre enfance, si souvent associées au Bonheur des choses simples. Je vais vous offrir cette bonne recette facile de Mamie Rose.

Estofat de carxofes i patates

Hummm ! L’estofat de carxofes i patates de ma douce grand-mère, Mamie Rose.. Un faitout où mijotait délicatement quelques artichauts violets bien tendres accompagnés de petites pommes de terre nouvelles ! Je consulte le vieux cahier d’écolier des recettes catalanes de Mamie Rose… ça y est j’ai trouvé ! Estofat de carxofes i patates ! Je me lance…

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est catalan-11.png

Infos pratiques

Pour 4 personnes Préparation 1/2 h Cuisson 1 h

10 Artichauts petits «poivrades» tendres
4 belles tranches de ventrèches nature
1 kg Pommes de terre nouvelle du pays.
5 généreuses cuillères à soupe d’huile d’olive
bouquet persil parfumé
8 gousses ail
Fleur de sel et poivre noir

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est catalan-11.png

Préparation

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est ma-recette-de-lestofat-photo-11-jean-luc-modat-tous-droits-rc3a9servc3a9s.jpg
  1. Effeuiller les artichauts (les feuilles les plus dures)
  2. Trancher les pointes hautes des artichauts
  3. Couper les en quatre – Ébarber leurs cœurs
  4. Plonger dans 1 bassine d’eau froide + 1 poignée de persil (ça évite l’oxydation)
  5. Eplucher – Laver les pommes de terre nouvelles
  6. Couper les en 4
  7. Laver et émincer les oignons
  8. Chauffer l’huile d’olive d’1 sauteuse
  9. Faire roussir la ventrèche à feu moyen
  10. Ajouter et faire suer les oignons
  11. Faire revenir le tout 15 min à feu doux
  12. Ajouter les artichauts – Remuer de temps en temps
  13. Ajouter les petites pommes de terre
  14. Laver hacher le persil
  15. Éplucher hacher les gousses d’ail
  16. Ajouter cette persillade aux artichauts et pommes de terre
  17. Bien remuer – Verser Ajouter 2 verres d’eau, 1 verre de vin blanc sec, saler, poivrer
  18. Cuire à l’étouffée à feu très très doux au moins 60 min
  19. Veiller à ce que l’eau ne s’évapore pas trop rapidement
  20. Veiller à ce que ça n’accroche au fond
  21. Quand la quasi totalité de l’eau s’est évaporée
  22. Si les pommes de terre sont fondantes. C’est Cuit… Sinon poursuivre la cuisson.
  23. A Taple ! Tout simplement sublime !
Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est catalan-11.png

La santé dans l’assiette

C’est un plat goûteux, enrichi par l’artichaut.
L’artichaut dispense des propriétés dépuratives du foie, il est riche en fibres solubles, prébiotique, il facilite le transit intestinal.
Le persil est riche en vitamines et minéraux son pouvoir antioxydant participe à la prévention de l’apparition des maladies liées au vieillissement cellulaire.
L’ail possède de nombreuses vertus pour la santé cardiovasculaire, cérébrale, pour la lutte contre les infections.
Bien sûr, évitons de tous les jours de la viande (protéines) comme le faisaient nos anciens…

N’hésitez pas à nous communiquer une de vos recettes catalanes

Partagez