Jour : 7 mars 2019

Castelnou : Étiennette, à la recherche des temps perdus

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Qu’il est délicieux ce charmant petit village médiéval ! Lové au coeur du maquis catalan environné de cistes, embaumé de genets, de bruyères et cerné de chênes méditerranéens… C’est un havre de quiétude. Il y a bien encore quelques vignes qui s’obstinent à pousser, rares vestiges de l’activité agricole d’antan du village. Ici, dans les Aspres, écrasées par la chaleur torride des Étés, seules les cigales s’égosillent à chanter à tue-tête à couvrir le silence ! Pas la moindre brise. Castelnou ressemble à une oasis de fraîcheur dans un océan de torpeur.

Castelnou ! Fa temps….

Mais qu’il est le loin le temps où ce petit village était tout consacré à l’agriculture ! Où les ruelles résonnaient du pas lent des mules et des bourricots. Chacun se connaissait. « Fins aviat! » (à bientôt) « Bon dia » (Bonjour) Lançait-on pour ponctuer les conversations. L’accent était chantant, rocailleux, catalan ! L’époque où les « ninots » (Petits enfants) descendaient le sentier escarpé menant à la fontaine pour aller chercher l’eau…. En ce temps-là, l’eau était précieuse ! La vie, toute consacrée aux labeurs des champs. Étiennette l’a connu ! ce temps-là…

Étiennette

Etiennette de Castelnou, ou le secret des herbes (Photo La Gazette Catalane)
Etiennette de Castelnou, ou le secret des herbes (Photo La Gazette Catalane)

Étiennette a quitté son village natal Camélas pour franchir  les quelques kilomètres qui séparent de Castelnou pour s’y marier. Il y a quelques années encore, dés que vous franchissiez la « Porte » de Castelnou, là, sur la gauche, vous découvriez une boutique extraordinaire, inclassable ! Une boutique tenue par Étiennette, depuis des décennies, écolo dans l’âme avant la mode. Les herbes de nos campagnes n’avaient aucuns secrets pour elle ! Aussitôt franchie la porte de surprenantes effluves de parfums de la garrigue vous titilliez les narines.

Etiennette confectionnait ses bouquets de fleurs sauvages (Photo Gazette Catalane)
Étiennette confectionnait ses bouquets de fleurs

Là, vous étiez transporté vers votre imaginaire, vos souvenirs d’enfance, vers l’époque révolue où il faisait bon vivre, où chacun appréciait à sa juste mesure le moment et l’instant présent. Illico, c’était l’envoûtement ! Suspendus au plafond, des bouquets d’immortelles sauvages séchaient patiemment ; plus loin, des artichauts révélaient leurs fleurs d’un beau bleu lumineux… La monnaie du Pape était omniprésente, ainsi que de merveilleux petits chapeaux délicatement tressés par Étiennette qui embaumaient la lavande. Mais le plus surprenant, c’était ses poèmes ! Elle qui n’était pas allée trop longtemps à l’école…

la_fount_desl_ninots

Extraits du poème : « La fount dels ninots » (Fontaine des enfants)

«C’était ainsi notre temps »
«A cette époque là on se sentait heureux et tout nous semblait beau,
Pourtant dans nos maisons, nous n’avions pas encore l’eau
Avec nos récipients on descendait vers la fontaine
Il fallait bien en remonter avec nos cruches pleines (…)
Bien sûr à cette époque là, nous n’avions pas beaucoup de commodités
On se déplaçait qu’en vélo le plus souvent à pied
Quand on voulait déjeuner… il fallait allumer le feu,
On devait aller ramasser un peu de bois se que l’on trouvait de mieux» (…)
Morceau choisi de Poème écrit par Etienne en 1994

Aujourd’hui, dans les venelles et ruelles, l’accent a hélas bien changé… Rares sont les catalans de souche vivants encore au village ! Villégiatures et demeures de weekends, peuvent-elles favoriser les liens sociaux ? Notre beau Pays Catalan, jour après jour, n’est-il pas entrain de perdre sa singulière identité ? Sa culture n’est-elle pas (volontairement) diluée pour effacer toutes ses particularités et la catalanité ?

Publicités

Indignons-nous!

Jamais l’essai publié en octobre 2010 “Indignez-Vous!” de Stéphane Hessel, n’aura été autant d’actualité ! Il en appelait à l’esprit de la Résistance dénonçant l’insolence des écarts de richesses croissants, pointant du doigt cette société où les médias sont entre les mains de nantis, mettant à l’index l’hégémonie des marchés financiers qui s’engraissent les spéculateurs à grands coups de plans sociaux, de dégraissage d’effectifs… les remises en cause incessantes des retraites, des acquis sociaux, de la Sécurité sociale, instaurés par le Conseil National de la Résistance (Mars 1944),

Stéphane Hessel n’exhortait-il pas les jeunes générations à se trouver une cause à défendre: « Aux jeunes, je dis: regardez autour de vous, vous y trouverez les thèmes qui justifient votre indignation. Vous trouverez des situations concrètes qui vous amènent à donner cours à une action citoyenne forte. Cherchez et vous trouverez!. Les gens en ont marre, ils ont le sentiment de ne pas comprendre ce qui se passe, ils ont envie de changement« , soulignait-il déjà.

Stéphane Hessel du haut de ses 93 ans proclamait : “ La pire des attitudes est l’indifférence, dire « je n’y peux rien, je me débrouille ». En vous comportant ainsi, vous perdez l’un des composantes essentielles qui fait l’humain. Une des composantes indispensables: la faculté d’indignation et l’engagement qui en est la conséquence

Et de conclure : “ «Il est grand temps que le souci d’éthique, de justice, d’équilibre durable deviennent prévalent. Car les risques les plus graves nous menacent. Ils peuvent mettre un terme à l’aventure humaine sur une planète qu’elle peut rendre inhabitable pour l’homme.”



François Bonnal au café littéraire


Jeudi 21 mars 2019 à 18h30 Salle du Bicentenaire au parc de Saint Nazaire l’association l’Oyat nazairien reçoit François Bonnet dans le cadre de son café littéraire.

François Bonnal, ostéopathe, enseignant, auteur, passionné par la recherche sur le vivant et son fonctionnement, vient présenter Les 7 cerveaux de notre corps, co-écrit avec Bernard Darraillans.

« Des années de recherches et d’échanges passionnés avec mon ami Bernard Darraillans, est sorti notre livre e Mai 2018 « Les 7 cerveaux de notre corps » aux éditions Dangles. Seule notre compréhension intime du fonctionnement du Vivant peut nous permettre d’entrer sur les terres de l’amour, de la santé et de l’harmonie.

« Très heureux d’être invité par l’association l’Oyat nazairien basée à St Nazaire en Pays Catalan, dont le but est de :  » promouvoir la solidarité, la culture, l’écologie et les activités citoyennes « .
Au plaisir de nous voir, échanger et évoluer ensemble. Je vous donne rendez-vous avec avec soi, Jeudi 21 mars 2019 à 18h30. »


Rendez-vous le jeudi 21 mars 2019 à 18h30,

Salle du bicentenaire, dans le parc de St-Nazaire

Contact 06 95 28 25 98 Mail : loyat.nazairien@gmail.com