La cargolada l’Art de vivre catalan!

Cargolada, viure català !

Par Jean-Luc Modat

(Recettes de cuisine et traditions catalanes)

De subtils volutes de fumées de feu de sarment s’envolent au grés de mes souvenirs de jeunesse… Accompagnés d’éclats de rire ; d’écarts de voix ; de pétulantes tablées… Ici, la tradition de la cargolada se perpétue de génération en génération : Tout un savoir-faire que dis-je un rituel ? Et même un rituel initiative pour « être admis » chez les Catalans ! Cependant, ce n’est pas aussi simple que cela peut paraître… La cargolada résume à elle seule, notre bel Art de vivre Catalan hérité de nos ancêtres ! Aujourd’hui, j’ai des craintes quant à la survivance, demain, de cette magnifique tradition.. Sonnons le rassemblement de réunions familiales, retrouvailles rugbystiques, rassemblements amicaux ! Ce serait une véritable hérésie que certains arrivent juste à l’heure pour se saisir d’une pique ! La cargolada a son rituel et nul Catalan qui se respecte ne peut y déroger. Ainsi, sur les coups des 11 h, les convives se rassemblent. Chacun met la main à la pâte, participe à la préparation et partage déjà un bon moment de rigolade. Un bon Byrrh ou un excellent Banyuls assorti d’une rondelle de citron revigorera (s’il faut) l’enthousiasme et appétit de chacun ! La cargolada se prolonge par de succulentes grillades…

L’Art de vivre Catalan s’exprime par sa gastronomie

Préparation : 30 min. Temps de cuisson : 12 min

Ingrédients

  • 25 escargots petits gris jeûnés / personne (La quantité varie selon la gourmandise de chacun)
  • Sel, poivre,
  • 1 bon morceau de sagi (saindoux rance)
  • Piment en poudre (Je choisis toujours le piment d’Espelette parfumé)
  • Aïoli
  • Bon pain croustillant
  1. Allumer un feu de sarments de vigne.
  2. Ajouter des rabassous (morceaux de taille de ceps de vigne) bras morts en catalan
  3. Obtenir une braise sans flamme (braise retombante)
  4. Gratter au couteau la coquille, ôter l’opercule, assaisonner chaque escargot de sel mêlé de poivre, le secouer afin de retirer le surplus
  5. Disposer les escargots en rangs serrés sur le grill ouverture coquille vers le ciel
  6. Option aïoli : Déposer à la cuillère à café un trait d’aïoli dans les coquilles
  7. Option Originale : Les puristes feront rougir sur les braises le flambado (Capucin) cornet métal percé au bout, avant d’y déposer du sagi rance (enrichi et pétri de piment en poudre) à fondre et arroser chaque escargot lors de la cuisson.
  8. Retirer le grill dès que la bave jaune se fige. (12 min)
  9. Servir chaud sans oublier les piques à escargot ! Sans oublier de belles tartines d’aïoli

i bon profit Amics !

Que boire ?

Empreintes Collioure blanc 2019 du Clos Saint Sébastien

EMPREINTES COLLIOURE BLANC 2019 - CLOS SAINT SEBASTIEN

Pour accompagner ces délicieux cargols, en Pays Catalan, nous n’avons que l’embarras du choix ! Cependant, mon choix se portera sur ce Collioure blanc « Empreintes » Ce vin d’une belle minéralité s’accorde à merveille avec ce plat typique catalan et incite à inviter des convives amateurs de bons vins et de bonne chère !

10 Avenue Pierre Fabre, 66650 Banyuls-sur-Mer

Tel : 04 68 88 30 14

« L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération »

Notre gastronomie est le reflet de notre identité

Ma recette de la coca catalane

Per la nit de Sant Joan ? Les coques catalanes sucrées ? Oooohh ! Il en existe une multitude types, d’infinies variantes et pâtes : feuilletées, levées, briochées… La coca ou coque est une sorte de fougasse salée ou sucrée, appréciée en Catalogne depuis le Moyen âge. Je vous offre ma recette qui fleure bon les amandes que l’on trouvait en abondance autrefois dans Aspres… Surprenez donc votre famille et vos (vrais) amis grâce à cette recette. A vos fourneaux les Amis !

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est catalan-11.png

La gastronomie catalane reflet d’identité

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est catalan-11.png

Un peu d’histoire

Autrefois, chaque village, chaque famille perpétuaient les secrets de ses propres recettes… Les coques s’imposaient naturellement en désert des repas de Dimanches, des fêtes familiales, votives o de Festa Major… à Pâques o per la nit de Sant Joan ! N’attendez ces occasions pour en élaborer !

Textes et photographies ne sont pas libres de droit et sont la propriété de www.lagazettecatalane.com. Toute copie/utilisation/reproduction même partielle, n’est pas autorisée, merci de votre compréhension.

Temps Total : 70 min Préparation : 30 min Cuisson : 40 min

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est catalan-11.png

Ingrédients

400 g de farine
250 g de sucre en poudre
15 cl d’huile d’olive
25 cl lait
20 g de levure
3 œufs
Les zestes de 2 citrons non traités
1 noix de beurre ramolli
100 g de pignons + fruits confits
Massepain (200 g de poudre d’amande + 150 g sucre + 8 cl eau)
2 cuillères à café de cannelle
sucre glace
Fleur d’oranger
100 g de pignons

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est catalan-11.png

Préparation

Habiller votre moule de papier sulfurisé, le beurrer
Tiédir dans une casserole le lait
Tamiser la farine + levure
Faire tremper les pignons dans de l’eau (Ils ne brûleront pas à la cuisson)
Battre jaunes d’œufs + sucre + zestes citrons + cannelle + fleur oranger
Fouetter au batteur électrique vitesse mini verser peu à peu farine + levure
Verser le lait + huile – Mélanger
Laisser reposer la coca 10 min

Réaliser le massepain ( mélanger poudre d’amande+sucre+eau)
Verser la moitié du volume de la pâte dans le moule
Étaler le massepain sur cette pâte avec 1 spatule
Verser le restant du volume de la pâte sur le massepain
Égoutter les pignons puis parsemer toute la surface de la pâte
Incruster des fruits confis
préchauffer le four à th.7- 200°

Enfourner cuire à four 200º 10 min + 30 min à 180º vérifier la cuisson Sortir – refroidir – démouler – Saupoudrer de sucre glace

Cuisiner, c’est Aimer offrir du plaisir !

Jean-Luc Modat La Gazette Catalane.com la recette de la coca catalane

Surprenez-vous en dégustant un excellent Banyuls Rimage 2016 accompangé d’une part généreuse de Coca ! Bon profit !

Agriculture Biologique

Domaine du Traginer

rvf

Caveau dégustation 7 rue Saint Pierre à Banyuls de la Marenda (Banyuls / mer) Tél.  04 68 39 73 59

56, avenue du Puig Del Mas à Banyuls de la Marenda
Tél : 04 68 88 15 11 : Jean-François Deu

Ce vin doux naturel d’apéritif ou désert, intense et gourmand, du Domaine du Traginer, la cuvée Banyuls Rimage 2016

Bon Profit a Tothom Amics !

Si la légende des herbes de Sant Joan m’était contée ?

Ce matin là, le soleil embrasait lentement l’horizon du Pays Catalan. Au cœur des Aspres, la garrigue exhalait d’extraordinaires flagrances enivrantes, infusées la nuit durant. Je profitais du temps sec de cette matinée pour glaner ça et là du thym fleuri… Soudain ! Devinez donc qui j’aperçois ? Je vous le donne en mille…

Textes et photos Jean-Luc Modat (La Gazette Catalane.com)

Manel ! Mais oui, Manel du hameau de Politg ! Vous savez bien ce vieux berger des abeilles ; Conteur et poète à ses heures perdues. L’éternel béret vissé sur la tête, le regard vif illuminé, le visage buriné par le temps, souligné par de belles moustaches grisonnantes. Aucunes légendes catalanes n’avaient de secret pour lui. « Té nin ! » S’exclama-t-il « Je suis heureux de te trouver ici. Partageons mon almozar. » Quel merveilleux moment complice ! Côte à côte, juchés sur un rocher, prés de l’ermitage Sant Marti de la Roca. la merveilleuse plaine du Roussillon se déroulait à nos pieds ! Là, nous dégustions de succulentes charcuteries maison sur de belles tranches de pain, accompagnées d’un excellent vin fruité… quand soudain, Manel brisa ce silence.  » Dans quelques jours ce sera la Saint Jean… Si depuis la nuit des temps, les feux de la Saint Jean perpétuent de vieilles traditions païennes liées au solstice d’Eté et à l’apogée dans le ciel du soleil, les herbes de la Sant Joan ont aussi leurs légendesJe suis convaincu que tu ne connais pas cette vieille légende catalane. Comme toutes les légendes populaires, elle débute par il était une fois…  » Il sirota d’un trait un bon verre de vin, s’essuya les moustaches d’un revers de manche, et sur le ton de la confidence débuta son histoire…

Ermitage de Sant Martí de la Roca au dessus de Camélas.

La légende…

« Il en va de cette vieille légende catalane que voici  » ( Manel semble réunir ses souvenirs et de poursuivre ) « C’est l’histoire de Maria, une belle jeune fille de Montauriol qui la nuit de la Saint Jean fait connaissance d’un bel inconnu. A l’aube, la belle court la garrigue cueillir le ramellet Sant Joanenc (le bouquet de la Saint Jean) composé de trois ou sept espèces d’herbes sauvages et sacrées : l’immortelle (sempreviva), le millepertuis (perico groc), 3 feuilles de noyer (noguera).

« Elle réunit ces herbes en croix pour les clouer sur la porte d’entrée du logis. Maria remplace alors le bouquet de l’année écoulée le brûle dans la cheminée dont la fumée s’échappe vers le soleil en promesse de prospérité des cieux… Ce bouquet posséderait les vertus d’éloigner, diable, bruixes et esprits malfaisants. Au matin, comme convenu, le galant se présenta au seuil du logis de la belle Maria. Il ébaucha plusieurs tentatives pour y entrer mais fut pris de malaises. Devant ses échecs, il disparu soudain dans une odeur âcre de souffre en lâchant un lugubre hurlement. La belle effrayée réalisa alors que sous les beaux traits du prétendant se dissimulait le diable. Son ramellet de Bonaventura venait de la sauver. Ainsi, court toujours cette belle légende dans les Aspres…et dans tout le Pays Catalan ! « A ces mots, Manel planta dans mes yeux son regard empli de bonté et de bienveillance pour susurrer à l’oreille : « Nin ! Transmets donc cette histoire à tes enfants qui la transmettront eux-mêmes à leurs enfants… Car vois-tu en ce bas Monde, aujourd’hui, le Diable prend toujours de belles et séduisantes apparences pour mieux tromper les âmes vulnérables assujetties aux cupidités vénales… »

La Saint Jean une histoire de lumière et de soleil

Herbes magiques et médicinales, les herbes dites de la Saint Jean sont des plantes sauvages auxquelles sont prêtées des vertus bienfaisantes, médicinales. Elles puiseraient leur forces, leurs vertus, leurs énergies, du soleil à son apogée lors du solstice d’Été. La fleur-symbole du solstice d’été est bien le millepertuis si abondante dans les Aspres ! Après les Feux, tous à vos paniers !

Depuis la nuit des temps la Saint-Jean est liée à la symbolique de l’eau de la purification : la tradition incitait chacun à se rouler nu dans les prairies humides de la rosée matinale, ou à des ablutions matinales, la traversées de rivières par les troupeaux….

Tous droits réservés Textes et photos Jean-Luc Modat (La Gazette Catalane.com)


Savoureuse truite au four

 Deliciosa truita al forn

Par Jean-Luc Modat

(Recettes de cuisine et traditions catalanes)

Les Etés des années heureuses 1970 je les vivais en « colo » à Lamanère en Haut Vallespir. C’est là que j’ai fait la rencontre d’un singulier personnage à la vraie humanité. C’est lui qui a marqué à tout jamais mon existence. Henri Capdet, l’année, directeur d’école ; l’Eté, directeur de colo…. Alors que mes camarades se soumettaient au rituel de la sacro-sainte sieste, un copain et moi étions souvent élus pour l’accompagner, discrètement, jusqu’aux petits cours d’eau aux alentours du village.. Là, seuls les gazouillis de l’eau brisait nos silences complices… Nous plongions les mains sous les racines des berges des ruisseaux pour inspecter à tâtons la moindre cavité pour débusquer LA truite Fario ! Braver les interdits et le garde pêche sublimait ces délicieux moments partagés de braconnage… Pour éviter d’éveiller tout soupçon, chaque truite était enfilée par les ouïes à une branche feuillue de noisetier pour le transport… sans tambour ni trompette ! Hélas, s’il m’arrive encore aujourd’hui de braconner ce ne sont que quelques souvenirs que je glane au fil de ma mémoire ! Je dois donc me résoudre à ne cuisiner que des truites piscicoles bio …

« La cuisine met en scène les bons produits de nos terroirs  »

Préparation 20 min Cuisson 30 min

Ingrédients (Pour 2 personnes)

  • 2 truites
  • 4 pommes de terre Béa coupées en rondelles épais. 2 cm 
  • 1 oignon rouge de Toulouges coupé en julienne. 
  • 3 brins de persil
  • 4 gousses d’ail
  • 1 verre de vin blanc 
  • Laurier, romarin
  • Jus d’ 1 citron non traité 
  • Huiles d’olive extra vierge du Pays
  • Sel poivre

Réalisation

  • Etape 1

Ouvrir en deux, nettoyer les truites, laver, égoutter, saler. Coincer une demi-tranche de citron dans les branchies. Ajouter un brin de romarin et deux feuilles de laurier dans les ventres et refermer les poissons avec un cure-dent.

  • Etape 2

Peler et émincer l’oignon en fines lanières et l’ail en tranches. Eplucher les pommes de terre les couper en rondelles épais 2 cm Les précuire en vapeur à l’autocuiseur 8 min environ aprés mise sous pression.

  • Etape 3

Dans une poêle chauffer un filet d’huile et 1 càs de beurre faire blondir l’oignon émincé puis ajouter l’ail finement haché, les persil haché. Assaisonner de sel et de poivre. Faire revenir 5 min. Réserver.

  • Etape 4

Egoutter les pommes de terre vapeur, les disposer dans un plat à four. Verser la poêlée d’oignon blondi, installer tête-bêche les truites. Déposer dessus les tranches de tomate, mouiller d’1 verre de vin blanc et d’1 jus du reste de citron.

  • Etape 5

Enfourner pour 30 min de cuisson à 180 ° Accompagner d’un riz nature. C’est succulent… Régalez-vous !

Je cuisine et transmets l’héritage de mes ancêtres

i bon profit Amics !

©Jean-Luc Modat (Ma Cuisine Catalane d’hier et d’aujourd’hui) Toute copie, reproduction, diffusion intégrale ou partielle du contenu de ce site par quelque procédé que ce soit est strictement interdite sans l’autorisation écrite de Jean-Luc Modat et passible de poursuites, sauf dans les cas prévus par l’article L 122-5 du code de la propriété intellectuelle.